Qu’est-ce que l’évasion fiscale ? C’est un crime | Investies.fr

Voir Cacher le sommaire

28 mars 2019

L’évasion fiscale, également connue sous le nom de fraude fiscale, est le non-paiement ou le sous-paiement délibéré des impôts dus. Le terme s’applique à toute personne qui gagne un revenu et ne le déclare pas, ou dissimule ses revenus en falsifiant une déclaration ou les pièces justificatives. L’évasion fiscale est illégale et passible d’une amende, d’une peine d’emprisonnement ou des deux.

Voici ce que nous allons couvrir :

Qu’est-ce qui est considéré comme une évasion fiscale ?

Peut-on aller en prison pour fraude fiscale ?

Quelle est la différence entre l’évasion fiscale et l’évasion fiscale ?

Que signifie protéger les revenus ?

Que se passe-t-il si je ne produis pas de déclaration de revenus ?

REMARQUE : les membres de l’équipe d’assistance Investies.fr ne sont pas des professionnels certifiés en matière d’impôt sur le revenu ou de comptabilité et ne peuvent pas fournir de conseils dans ces domaines, en dehors des questions d’assistance sur Investies.fr. Si vous avez besoin de conseils en matière d’impôt sur le revenu, veuillez contacter un comptable de votre région..

Qu’est-ce qui est considéré comme une évasion fiscale ?

Un particulier est considéré comme ayant fraudé l’impôt s’il :

  • Vous avez demandé de fausses exemptions ou déductions sur une déclaration de revenus.
  • Pots-de-vin acceptés (un pot-de-vin est un paiement destiné à faciliter une transaction. Il est généralement en espèces, mais peut être un « cadeau »).
  • Création de faux documents.
  • Documents légitimes modifiés.
  • N’a pas payé les impôts.
  • Échec de la déclaration des revenus.
  • Revenus sous-déclarés.
  • J’ai utilisé un faux numéro de sécurité sociale.
  • Dépenses personnelles déclarées comme dépenses professionnelles.

Peut-on aller en prison pour fraude fiscale ?

L’évasion fiscale peut entraîner un procès et une peine de prison pour le fraudeur. Une peine de prison est également une possibilité pour quiconque ne produit pas de déclaration ou aide quelqu’un d’autre à échapper à l’impôt.

En octobre 1931, le gangster de Chicago, Al Capone, fut reconnu coupable d’évasion fiscale. Il s’agit peut-être du cas le plus célèbre du genre, puisque Capone a été condamné à 11 ans de prison. Il a également été condamné à une amende de 50 000 €, à un montant supplémentaire de 215 000 € pour les impôts dus (plus les intérêts) et à des frais de justice de plus de 7 000 €. Il a été libéré après avoir purgé sept ans et demi et réglé les sommes dues.

Quelle est la différence entre l’évasion fiscale et l’évasion fiscale ?

L’évasion fiscale est illégale, mais l’évasion fiscale ne l’est pas.

L’évasion fiscale consiste à prendre des mesures illégales pour éviter de payer des impôts. L’évasion fiscale se produit lorsque les lois fiscales sont utilisées pour obtenir des avantages d’une manière qui n’était pas initialement prévue par la loi, afin de réduire une obligation fiscale. Cela entraîne souvent d’autres conséquences.

Prenons un exemple.

De 2010 à 2012, Starbucks n’a payé aucun impôt sur ses bénéfices au Royaume-Uni. Il a été rapporté qu’elle y était parvenue en partie en empruntant auprès d’autres secteurs de l’entreprise à des taux d’intérêt élevés. Les méthodes utilisées n’étaient pas illégales et permettaient de déclarer une perte chaque année. Cependant, cela a provoqué un cauchemar en matière de relations publiques pour Starbucks au Royaume-Uni, car les impôts sont utilisés pour financer les services publics. La réaction a été si grave que Starbucks a dû annoncer qu’il mettrait fin à ses politiques d’évasion fiscale.

Il a également été rapporté qu’Amazon a payé très peu d’impôts étatiques et fédéraux aux États-Unis pour l’année fiscale 2017. Cela a été directement attribué à l’évasion fiscale.

Que signifie protéger les revenus ?

Les abris fiscaux sont les produits qu’un particulier ou une entreprise utilise dans ses mesures d’évasion fiscale. Les exemples courants incluent :

  • Cotisations au régime 401K
  • Cotisations au régime IRA
  • Cotisations au régime de retraite
  • Déductions pour investissement immobilier
  • Dons de bienfaisance
  • Régimes de santé des employeurs
  • Régimes d’assurance des employeurs
  • Éducation financée par l’employeur
  • Régimes d’épargne-études

Que se passe-t-il si je ne produis pas de déclaration de revenus ?

Cela dépend si vous devez de l’argent ou non et de votre situation personnelle.

La date limite exacte pour déclarer ses impôts change légèrement chaque année, mais aux États-Unis, elle se situe généralement à la mi-avril. En 2019 et 2020, la date d’échéance est le 15 avril.

Si un contribuable a besoin d’une prolongation, il peut en obtenir une automatiquement auprès de l’IRS en remplissant ce formulaire. Il convient de noter qu’une prolongation du dépôt ne s’applique pas aux sommes dues et que des intérêts seront facturés sur ce montant. Des amendes peuvent également être imposées si les taxes ne sont pas payées avant le 15 avril.

Le défaut de déclaration peut entraîner les conséquences suivantes :

Une pénalité pour défaut de production

C’est la pénalité que vous recevrez si vous ne déclarez pas vos impôts à temps. Le taux de pénalité est de 5 % par mois de retard de votre déclaration, jusqu’à un maximum de 25 %. Si votre déclaration est en retard de plus de 60 jours, la pénalité minimale est la moindre de 210 € ou 100 % de l’impôt à payer.

Une pénalité pour défaut de paiement

Il s’agit de la pénalité lorsque les impôts dus ne sont pas payés avant la date limite officielle de déclaration des revenus.

Cette pénalité commence à courir le lendemain de la date limite. Il s’agit généralement de 0,5 % par mois du montant dû, jusqu’à une pénalité maximale de 25 %. Il existe certaines situations dans lesquelles l’IRS augmentera ou diminuera la pénalité.

Non-paiement de l’impôt non déclaré

Il s’agit de la pénalité pour les revenus non déclarés par un contribuable.

La pénalité est de 0,5 % de l’impôt dû, s’il n’est pas payé intégralement à la date d’échéance indiquée dans l’avis officiel de l’IRS. Habituellement, cette date d’échéance est de 21 jours à compter de la date d’émission de l’avis.

Non-paiement de la taxe estimée appropriée

C’est à ce moment-là qu’un contribuable ne paie pas suffisamment le montant dû.

L’IRS calcule cette pénalité séparément et informe le contribuable du montant.

Chèque refusé

Pour un chèque sans provision d’un montant inférieur à 1 250 €, la pénalité est de 25,00 € ou le montant de la taxe payée, selon le montant le moins élevé.

Pour un montant de chèque de 1 250 € ou plus, la pénalité est de 2 % du paiement.

Gardez à l’esprit que l’IRS n’est pas sans sympathie. Si un contribuable n’a pas déposé sa déclaration à temps mais avait une bonne raison, même si de l’argent est dû, le gouvernement ne peut imposer aucune pénalité.

L’IRS vous recommande de produire votre déclaration de revenus à temps chaque année, même si vous n’êtes pas en mesure de payer. Vous êtes autorisé à demander un plan de versement via le site Web de l’IRS.

L’IRS applique tout paiement incomplet à l’impôt dû d’abord, puis à la pénalité, puis aux intérêts.

Pour plus de détails, vous pouvez visiter la page Web de l’IRS sur les pénalités et les frais d’intérêt.